Prête-moi ta plume…

Bon voilà, maintenant, vous en savez un peu plus sur moi (et comme je vous envie !), il va donc falloir se mettre à écrire pour alimenter ce blog (c’est qu’il est vorace !), et si possible, régulièrement. Et là, forcément, c’est le drame… L’angoisse de la page blanche, les mots qui se bousculent au portillon mais qui s’enchevêtrent et qui ne trouvent finalement pas le chemin de la sortie, mais surtout, la peur de décevoir. Non parce que franchement, on se connaît à peine, vous croyez vraiment que j’ai des choses intéressantes à dire ? En tout cas moi, ça me fait un peu flipper, j’ai l’impression de me mettre à nu, et quand je vois ma tête (et surtout mon corps) devant la glace tous les matins, je me dis que c’est ma foi pas plus mal de garder ses vêtements devant des inconnus. Circulez, y’a rien à lire !

miroir-nu

Sur quoi parler ? Mon avis, je me le garde en général pour moi. J’ai déjà du mal à m’en faire un, alors si c’est pour le crier à tout va… Pourtant j’écris souvent, c’est même mon métier ! Mais justement, comme un réalisateur qui préfère rester sagement derrière sa caméra, comme un photographe qui se cache derrière son appareil pour éviter la lumière des projecteurs, j’ai tendance à utiliser ma plume comme un rempart pour défendre ma forteresse intime (mais sûrement imaginaire), et comme une arme pour faire parler les autres. Enfin rassurez-vous, je ne menace personne (presque jamais…) ! Quoiqu’il en soit, je prends beaucoup plus de plaisir à partager les histoires et les parcours de vie de chacun, c’est une chose qui me fascine, que de m’exposer au regard et surtout au jugement des autres.

tache

Ok, je vous vois, là, du premier au dernier rang, déjà en train de râler et de lancer quelques remarques : « mais alors pourquoi faire un blog ? » J’avoue que depuis le temps que je pratique le web, c’est une question que je me suis souvent posée, maintes fois émerveillée par l’étonnante créativité et sincérité des blogueurs de tous horizons, qui n’hésitent pas à s’épancher sur la toile, parfois même en toute impudeur. Alors pourquoi pas moi ? Après tout, hein, même si ça ne passionne personne, ce que j’ai à dire, ça pourra peut-être au moins me soulager, et si ça peut intéresser ne serait-ce qu’un seul d’entre vous, alors je dis banco !

Ce qui me pousse à prendre le clavier aujourd’hui plutôt qu’hier ? Le goût du défi très certainement ! Car je crois que je ne suis jamais autant inspirée pour écrire, que lorsque j’écris sous la contrainte. Cela peut paraître très paradoxal, et pourtant, j’en discutais récemment avec celle à qui je dédie ce billet, ma presque homonyme, ma « web-âme sœur », nous partageons le même point de vue. Parce que le point de départ d’un article, d’un récit, est parfois difficile à trouver, imposer un angle de vue, un sujet, une manière d’écrire, peut aider à débloquer les mots, les idées, le propos.

En bref, je profite de ce blog pour revendiquer le droit de vous parler de tout et de rien… Surtout de rien ! Et pour cela, j’invoque aussi votre aide, et vous assure que si vous m’imposez des sujets (genre « la mort d’une gomme », si si, y’en a qui ont osé !), me proposez des contraintes d’écriture (oui, je suis capable d’écrire un billet sans utiliser la lettre « e » !), me posez des questions auxquelles je n’ai pas la prétention de répondre, mais essaierai tout du moins (évitez juste les questions existentielles et celles trop persos)… je ferai mon possible pour vous satisfaire !

Alors, avouez que c’est sexy comme proposition… Limite indécente, non ?

ecrire

Merci Laura…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s