8 mars – C’est pas mon jour !

Dimanche 8 mars, aujourd’hui, c’est ma journée… Pas celle de la marmotte, ça c’était le 2 février, je vous en ai déjà un peu parlé ici. Non, c’est la Journée des Femmes, de ses droits, et ce, partout dans le monde. Bel hommage, aurait-on envie de dire, et bien j’avoue que pour ma part, même en tant que représentante de cette cause défendue, j’ai du mal à me sentir concernée « plus que d’habitude ». D’abord parce que, inévitablement, j’ai pu entendre ici ou là, comme chaque année, autour de moi, des commentaires aussi basiques que puérils, à l’instar du fameux « une journée pour elles, toutes les autres pour les hommes ! », qui rappellent les commentaires bas de plafond lors de la création de cette fameuse journée : « Une journée de la femme ? Et pourquoi pas la journée du chien ? »

Ensuite parce que ça ressemble à une bonne occasion de se donner bonne conscience, 24h par an, et puis oublier toutes les belles paroles qu’on aura pu dire… jusqu’à l’année prochaine. Alors que bon, nous ne sommes pas dupes, ni les femmes, ni les hommes, ce combat pour l’égalité, le respect de notre corps et de nos vies, la reconnaissance, l’acceptation de nos différences de genre sans aucune discrimination, c’est une lutte quotidienne. Une journée ne suffira jamais pour en venir à bout, la preuve, depuis le temps que ça dure !

« La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. »
Françoise Giroud
Extrait du journal Le Monde – 11 Mars 1983

Bon, j’avoue que personnellement, je n’ai jamais vraiment eu à souffrir de mon statut de femme, je me suis rarement sentie oppressée ou dévalorisée, encore moins agressée, atteinte dans mon intégrité physique ou morale par le simple fait d’être une fille ou une femme. J’ai toujours pu vivre et grandir comme je l’entendais, sans ressentir d’obstacles dressés devant moi à cause de mon genre, rien qui n’ait au fond empêché ma volonté d’être un Homme parmi tant d’autres.

Ce n’est pourtant malheureusement pas le cas de toutes, ici, mais surtout ailleurs. Certaines souffrent, et même meurent, d’être femmes.

Dénoncer, rappeler cet état de fait intolérable, combattre ces idées et ces violences faites aux femmes, faire en sorte que cela n’existe plus, autant de messages qu’il est essentiel de véhiculer chaque jour, à chaque occasion qui s’offre. Pas uniquement aujourd’hui. Mais il est vrai que quoiqu’on en dise, l’écho est plus fort, la voix plus unanime, quand on canalise sur une unique journée ou sur un temps court, ce discours parsemé et dilué dans le flot de « l’actualité », le reste du temps. Il en est de même de tous les combats, de toutes les causes : Téléthon, sidaction, même combat !

Alors gardons-la, cette journée de la femme… Gardons-la aussi longtemps qu’il soit nécessaire de focaliser l’attention, aussi longtemps qu’il sera nécessaire qu’elle existe, pour qu’on en parle… et qu’on soit entendues.

10178036_10205545595746707_9044359903706883139_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s